Accueil du site > WORK > LECTURE

LECTURE

lundi 14 novembre 2011, par dscthk

DSCTHK
Texte de Sébastien Biset

On dit d’un événement qu’il « a lieu ». C’est par là rappeler qu’il s’inscrit dans l’espace – le lieu en est une portion, caractérisée par son usage ou par ce qui s’y est tenu. Quant à la dimension temporelle de l’événement, elle est évoquée par le mot lui-même : evenire, advenir. L’événement est ce qui advient, en un temps et un espace définis. Et quand, par devoir de mémoire, il s’agit de le célébrer durablement, on construit un monument (monumentum, moneo, « se remémorer »), qui cristallise l’anecdote et formalise notre perception de l’histoire. Nous sommes accoutumés à ces « faits urbains » persistants, participant de l’histoire collective et conditionnant notre appréhension du monde. La ville et la somme de ses faits urbains saturent notre perception ; autant de signes, de références, d’indications, de renvois, de significations superposées en un palimpseste de plus en plus illisible, indéchiffrable – à moins de n’être doué au jeu de la re-connaissance et de naviguer aisément au sein de cet hypertexte global.

Download PDF

3 Messages de forum

Répondre à cet article